* Champs obligatoires
                                       Association de soutien à François Cavallier 
                          Vice-Président du Conseil Départemental, Maire de Callian

LE MOUVEMENT

Avec le premier cercle de la campagne Cantonale de mars 2015, nous avons souhaité prolonger l’élan républicain qui s’est manifesté en notre faveur. C’est ainsi qu'est née une association qui sera certes une association de mes amis, mais qui ne s’en tiendra pas là et qui aura, pour tout l’Est-Var, un objet qui dépasse la promotion de mon action. D’où le nom que nous lui avons choisi, en écho à mes initiales, mais, au-delà du jeu de mots, autour de deux vraies valeurs  : de la Force et de la Confiance pour nos territoires.


• le besoin de force :
dans la tourmente institutionnelle, nos territoires sont ballottés au gré des réformes. Pour notre pays de Fayence, c’est la valse permanente, entre la 5ème circonscription législative (jusqu’à 2012) et la huitième dorénavant, entre les agglomérations qui nous entourent et qui peut-être un jour seront en position de nous absorber (CAVEM, CAD). Personne ne sait de quoi demain sera fait, mais la loi N.O.T.R.E en cors de cette discussion génèrera de nouvelles évolutions.

De même que nos collectivités doivent apprendre à attendre leurs ressources de plus en plus d’elles-mêmes et de moins en moins de l’extérieur, de même l’expérience montre que la seule façon de garder de l’indépendance dans cette tourmente et de se faire entendre est de manifester la force de l’union et du nombre. Constituer une association nombreuse fera d’elle un paramètre de la vie publique locale qui comptera, et qui amplifiera l’écho de nos voix.

L’idée est tout simplement de créer un relais qui rendra notre voix plus forte dans ce qu’elle a de commun. L’union fait la force...


• le besoin de confiance :
dans la tourmente morale, chaque « affaire » alimente au quotidien l’actualité et accentue la défiance de nos concitoyens vis-à-vis de leurs élus. Lors de la dernière campagne cantonale, le paroxysme a été atteint lorsque le maire de la commune la plus peuplée du nouveau canton, déjà condamné sur divers sujets, n’a pas obtenu mon accord pour faire figurer sur mon ticket cantonal telle ou telle de ses adjointes, par ailleurs fort respectables l’une et l’autre. Cette démarche d’honneur a pu surprendre : elle a d’ailleurs provoqué ce dont peu jusque-là avaient eu le courage, c’est-à-dire le départ fracassant de l’UMP de l’intéressé, devenu depuis, en attendant son exil imminent, un affidé frontiste.
Ce tournant, dont chacun m’a reconnu la paternité, peut contribuer à alléger l’atmosphère dans un territoire où trop d’affaires, même si elles ne concernent qu’une infime minorité, décrédibilisent la vie publique. De la même façon, trop de citoyens ou d’entreprises ont le sentiment que résistent encore çà et là des systèmes visant à favoriser un cercle d’entreprises dont certains de nos élus ne seraient que les instruments.

Ayant attribué pendant dix ans les appels d’offre du département sans aucun incident, ayant mis sur pied un plan déchets qui marque le retour de l’initiative publique et l’indépendance vis-à-vis des entreprises, ayant refusé la facilité dans cette élection pour rechercher ce qui était juste, je suis convaincu d’avoir été élu sur ces valeurs, qu’un tournant politique s’est opéré dans cette élection, et que ce tournant montre qu’il est encore possible d’avoir confiance en la vie publique.

L’association déploiera son activité dans les deux circonscriptions où je suis élu, la 5ème et la 8ème du Var, dans le respect des règles du mouvement politique auquel j’appartiens (les Républicains) sans en être une dépendance. Comme symbole de cette mixité, c’est un entrepreneur actif sur le littoral comme dans le pays de Fayence, Marco Orfeo, qui en sera le président fondateur. Elle organisera bien sûr des événements conviviaux mais, comme on l’a compris à ce qui précède, elle n’entend pas s’en tenir là.


Voulez vous la rejoindre ?